HISTOIRE DU PORT DE PLAISANCE 

Je remercie très chaleureusement Monsieur Daniel BURNAT, véritable mémoire vivante du port. Sa collaboration et ses contributions en textes et en images font l'essentiel de cette rubrique.
Texte de Daniel Burnat adapté par C. Teuscher

EXPOSE HISTORIQUE

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Sur cette gravure de Wexelberg (Joyeux, graveur, coll. pers.), qui date probablement de la fin du 19ème siècle, on voit le déchargement d'une cochère directement sur la grève vers Entre-deux-Villes. On voit bien pourquoi les usagers d'alors ont réclamé à maintes reprises la création d'un port.

Cliquez pour agrandir l'image
L'histoire du port de Vevey remonte loin dans le temps, à une époque où la plaisance était inexistante et où de nombreuses barques à voiles sillonnaient le bleu Léman chargées de diverses marchandises.

Les premières initiatives, toutes infructueuses, visaient tout d'abord à offrir un abri lors d'intempéries à tous ces bateaux,  faute d'abri naturel sur cette partie de la côte. A l'époque le trafic marchandise au bas de la place du Marché était important, il y avait même là un bâtiment abritant la douane. C'est le glacis situé à cet endroit qui servait de quai d'embarquement et de débarquement des cochères et autres barques lémaniques.

Ce n'est qu'en 1839, avec la naissance du tourisme sur la Riviera vaudoise que l'on commença a réfléchir sur l'opportunité de construire un port pour abriter les bateaux barques et voiliers, d'autant plus que les grèves où étaient tirées les barques disparaissaient petit à petit avec la construction des quais. Alexandre Perdonnet (père) fut un précurseur puisqu'il assortit sa donation de nombreuses clauses dont celle visant à la création d'un port à l'Est de la ville. 

1862  -  L'Hôtel des Trois Couronnes, les pieds dans l'eau, avant 1862

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Image tirée de ''Souvenir de Vevey & Environs'' chez Mack Papetier à Vevey, 
image digitalisée par Google (BCU, Lausanne)    http://books.google.com    Merci Google ! 

1661  -  1839  -  TENTATIVE DE CHRONOLOGIE

1661 - Leurs Excellences de Berne résolurent d'exécuter un port, de compte à demi avec la bourgeoisie, sans cependant ne commencer aucun travail.
1700  -  une décision similaire fut prise, suivie du même résultat négatif.
1757 - 1776 - 1825  Plusieurs pétitions reprenne cette question. A chaque fois les risques qui devaient résulter de cette construction sur un terrain sous-lacustre peu connu et vite profond, firent ajourner l'accomplissement de l'œuvre.
1834 - 29 décembre, une pétition mentionne que ‘'à chaque fois la question d'un port à Vevey a été délaissée sans qu'on ait, jusqu'à présent, pu motiver des empêchements réels.
1836 - 16 mars,  nouvelle pétition sans suite.

Dès 1839 déjà, quant aux considérations financières suscitées par le projet de création d'un port, on ne pouvait que s'étonner de voir qu'elles aient jusque là constitué un obstacle à sa réalisation. On ne le comprenait d'autant moins alors que la donation d'Alexandre Perdonnet permettait la réalisation d'un projet qui faisait l'objet de la volonté du donateur, nettement exprimée dans sa lettre du 20 avril 1839 à la Municipalité.

Il est par ailleurs surprenant que les autorités qui se sont succédées  dès 1839 aient négligé de réaliser les volontés du donateur sur ce point, d'autant plus qu'elles ne pouvaient avoir commis cette négligence par ignorance.

1839 - Extrait de la lettre de Monsieur Perdonnet (Père) à la Municipalité

Cliquez pour agrandir l'image
En 1839 Alexandre Perdonnet (Père) fit une importante donation à la ville de Vevey assortie d'innombrables conditions qui ne furent pas toujours respectées. Celle qui nous intéresse ici que l'on peut lire dans l'extrait ci-dessus est sa demande de la création d'un port vers Entre-deux-Villes et l'aménagement d'un quai ''comme à Genève''  entre ce port et la Place du Marché.
Il aura fallu 94 ans pour voir se réaliser le port !
Document de la BCU Lausanne, numérisé par Google

DONNATION PERDONNET - UN DOCUMENT HISTORIQUE !

LettrePerdonnet

Qui étair Alexandre François Vincent PERDONNET  - Perdonnet Père

Cliquez pour agrandir l'image
Extrait  de la brochure  1799-1999 200 de représentation suisse à Marseille.
Perdonnet Père fur le premier Consul de Suisse à Marseille  de  1799 à 1801.
La lecture du document relatif à sa donation (voir ci-dessus) explique tout le contexte de l'époque et le pourquoi de ce geste généreux qu'il accompli au seuil de sa vie.

1900  -  Avant le port, vers 1900 ?

Cliquez pour agrandir l'image
''Vevey à la Belle Epoque, Liliane Desponds, Slatkine Genève

Vaudaire ou Bornand ?

Cliquez pour agrandir l'image

Les rives de Vevey sont particulièrement exposées aux vents du Sud-Ouest et  l'Est, la Vaudaire qui arrive du Valais.
A l'époque il n'y avait pas d'abri pour les bateaux, ils étaient tirés sur la grève, mais lorsque les quais furent construits, cette possibilité de mise à l'abri disparut.
Sur la photo ci-dessus, on distingue quelques barques ancrées en pleine eau à l'endroit du port actuel. 

1888 - 1932  -  Essayé pas pu !

Cliquez pour agrandir l'image
1888 - 10 septembre, une motion demandant l'établissement d'un port fit l'objet d'un rapport favorable.
1890 - 1er décembre, une communication de la Municipalité aboutit à un nouvel atermoiement.
1890 - 17 décembre,  reprenant la question, la Municipalité dépose un préavis favorable. Ce préavis fit l'objet de d'un rapport d'experts du 22 janvier 1891 au conseil communal, suivi  de deux rapports, présentés le 30 mars 1891, l'un de majorité favorable, l'autre de minorité, qui apportait des restrictions. Ce sont ces restrictions qui firent une fois de plus échouer le projet par 39 voix contre 29.

1893, extrait de la Feuille d'Avis de Lausanne du 24 mars 1893
Un initiative restée sans suite jusque dans les années 30 du siècle suivant !
1897 - 19 mars, un préavis, en acceptation de legs, était présenté au conseil communal qui disait : « le 3 février dernier est décédé dans notre ville Mr. Jean-Louis Speich-Clarke qui, par testament homologué le 4 février disait : je lègue à la Commune de Vevey fr. 20'000.- pour être affectés  à l'établissement d'un grand port  à Vevey, entre le débarcadère au bout de la ville et l'Ognonaz

1902 - 20 octobre, nouvelle pétition et projet à nouveau refusé par 39 voix contre 38. Lors de la séance du 23 octobre 1903.

Nous verrons que, par la suite en 2000 il en sera de même, car pour beaucoup de personnes dans le conseil communal et dans la population « re-serviront » les mêmes réserves à propos des navigateurs qui seront en plus considérés comme des nantis pratiquant un sport de privilégiés et le fait d'un petit minimum de sportifs, contrairement aux footballeurs, gymnastes, tireurs et tennismen !!  
Cliquez pour agrandir l'image
Plan non daté, mais datant certainement d'avant celui réalisé en 1931
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Le débarcadère et la rampe avant la construction du port.

L'Alliance Rouge -  Bleu  menée par le Syndic Gustave Chaudet à  l'origine de la construction du port de plaisance 

Cliquez pour agrandir l'image
VEVEY PROTEGE LES SPORTS

Grâce à l'action d'un éphémère «parti bleu», Vevey connaît d'importants changements urbanistiques entre 1930 et 1936. Parmi les réalisations, un programme de développement des infrastructures sportives, résumé par le slogan «Vevey protège les sports» (dessin Fuglister)

Dans les années 1930 à Vevey, le développement urbanistique est inspiré par un éphémère groupement politique: le «parti bleu». Emmené par le syndic Gustave Chaudet, les «bleus», bien que minoritaires mais alliés aux socialiste, contribuent à façonner le visage de la ville.

Source :
Thibaud Guisan / Journal La Gruyère, Bulle.
Journaliste à La Gruyère, Thibaud Guisan a consacré son mémoire de master en histoire contemporaine à l'Université de Fribourg (2008) : Une histoire cousue de fil bleu. Politique et développement urbanistique durant l'entre-deux-guerres à Vevey, (sous la direction du professeur Francis Python)

Nos remerciements au journal La Gruyère qui a aimablement mis à disposition le document que vous pouvez télécharger en cliquant sur la barre ci-dessous. 

1932- 1933 - ENFIN LE BOUT DU TUNNEL 

1932 - 1er avril, sur la base du rapport de Mr. le conseiller Auguste.Dufour-Nicollier sur le préavis municipal concernant le projet de construction d'un port de plaisance devant le quai Sina et le prolongement du débarcadère Vevey-La-Tour, la majorité du conseil communal donne son accord pour la réalisation de ce nouveau port. A noter dans ce rapport les constatations suivantes de Mr. Aug. Dufour-Nicollier : « A ne considérer les choses que du seul point de vue sportif, on ne peut manquer de déplorer de voir négliger les sports nautiques auxquels notre lac offre un champ d'activités incomparable. Il y a un manque d'équité flagrant à mettre à la disposition des footballeurs des terrains de jeux et des tribunes, des tireurs un stand moderne perfectionné et coûteux, des gymnastes de locaux  avec leurs engins, des tennismen des courts, sans faire leur part aux usagers du lac !
Nous verrons que, par la suite, en 2000, il en sera de même. Beaucoup de membres du conseil communal et de la population reprendront  les mêmes réserves à propos des navigateurs qui seront, en plus, considérés comme des nantis pratiquant un sport de privilégiés réservé  à un  minimum de sportifs, contrairement aux footballeurs, gymnastes, tireurs et  tennismen !  

1931 -  Plan du port  et appel d'offres

Cliquez pour agrandir l'image
Plan du 25 novembre 1931

 

Cliquez pour agrandir l'image
C'est l'entreprise Losinger (déjà...) qui remporta le marché.
 

1932 - 1933  -  Construction et inauguration

Cliquez pour agrandir l'image
Construction 1932 - 1933
Cliquez pour agrandir l'image
Le hangar du Vétéran l


1933 - 4 Novembre, samedi, inauguration du port de plaisance de Vevey. Les travaux ont été exécutés en un peu plus d'une année avec une équipe variant entre 29 et 110 ouvriers par jour.
La totalité du port et du garage du « Vétéran » s'est montée à frs. 410'000.- A noter que la digue de protection contre la vaudaire prévue à l'ouest sur le plan de construction du port du 25 novembre 1931 et signé par la Direction des Travaux n'a finalement et malheureusement pas été construite !
Cliquez pour agrandir l'image
Le port au moment de l'inauguration
Cliquez pour agrandir l'image
Le nouveau port sans ses bateaux. Nous ne possédons malheureusement pas de photos du port occupé par les premiers bateaux.
Cliquez pour agrandir l'image
Les Officiels sur le Vétéran.

1934  -  un nouveau port, mais sans protection contre la Vaudaire !

A partir de 1934, tout va pour le mieux dans le nouveau port de plaisance de Vevey, à part un ennui de taille:  le manque de protection contre la vaudaire.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Le port en 1940
Cliquez pour agrandir l'image
La même vue en 2012

1934 - 1986

Le port ne fait plus parler de lui entre son inauguration et 1986.

1986  -  Préavis 10/86 pour la construction d'une digue de protection contre la Vaudaire

Cliquez pour agrandir l'image
Une demande de crédit pour la construction de la digue de protection contre la Vaudaire est déposé en 1986 (Préavis 10/96).
Le 10 décembre 1988 le conseil communal vote un crédit de 1,7 millions pour la réalisation de la digue de protection contre la Vaudaire. Cette digue sera finalement achevée en 1990.
Cependant, si cette nouvelle digue règle le problème de la Vaudaire, sa forme crée une sorte d'entonnoir qui laisse rentrer le vent d'ouest qui est le vent dominant.

1994  -  Modifications malvenues

Une tentative pour corriger cet effet d'entonnoir par vent d'ouest a lieu en 1994. Le vide qui se trouve sous le quai et qui sert de chambre de décompression est malheureusement remblayé, puis, à la limite du ponton des places 1 à 6, des palplanches sont posées pour recréer un effet vacuum. Mais on s'aperçoit alors vite que les vagues d'ouest en provenance de l'entonnoir de la digue de vaudaire viennent violemment buter sur ces tuyaux d'orgue et sont renvoyées de l'autre côté du port contre la digue principale. Ainsi, en cas de gros temps, le port est toujours agité par de nombreuses vagues.

1999 - LOTHAR - la tempête qui marque les derniers jours du 20ème siècle !

Le 26 décembre 1999 -  La tempête « Lothar » frappe l'Europe. A Vevey on mesure des des vents de 120 kilomètres à l'heure . Les eaux déchaînées partent à l'assaut des embarcations dans le port. Au final une douzaine de bateaux coulés et un port hors service pour une année au moins. 
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
<center><b>GALERIE</b></center>

2001  -  Une reconstruction incomplète et des taxes onéreuses ....

Le 12 décembre 2001 le Conseil communal vote la reconstruction du port, portant l'entier des intérêts de l'investissement  à charge des usagers ce qui multiplie par un facteur 2,7 le prix de la location des places d'amarrage !  Finalement l'augmentation est fixée à 210 %, ainsi Vevey devient le port public le plus cher du Canton.
A noter que  la consolidation de la partie ouest de la digue lac est malheureusement abandonnée par le conseil communal pour des raisons financières (CHF 300'000.-) malgré les instances pressantes des sociétés nautiques du port et des locataires des places d'ancrage.
En effet les usagers n'ont pas compris pourquoi seuls les caissons 4 et 5 ont été reconstruits avec une nouvelle protection de palplanches et enrochement, alors que les caissons 1 et 2 ont été jugés stables et en bon état, ils ont été réhabilités et sécurisés au moyen de câbles verticaux fixés aux piliers d'appui et de blocages en béton armé et goujons au droit des appuis.
 


Cliquez pour agrandir l'image
Plan du port après reconstruction 2002

2002 - 2012  -  L'épopée avortée du Clubhouse

Le 24 avril 2002 une demande a été faite à la Municipalité pour  la construction d'un clubhouse situé sur le local du sauvetage. Après quelques péripétie le permis de construire à été délivré le 17 août 2005. Fort de ce permis les associations concernées ont procédé à l'acquisition  de  l'équipement de la cuisine et le mobilier nécessaire à l'aménagement du Club House.

Cependant à défaut d'une volonté politique, en raison de divergences sur les coûts de construction et faute d'avoir demandé une prolongation du permis de construire, celui-ci se trouva périmé le 17 août 2008.

Un nouveau projet est présenté et accepté par la conseil communal qui vote les crédits nécessaires au début de 2009. Un nouveau permis de construire est délivré en juin 2011 après la levée d'une opposition de l'Hôtel du Lac qui voit mal une buvette s'installer non loin de sa terrasse et priver sa clientèle d'un lieu très prisé (la petite place sur le hangar du sauvetage) pour les photos de mariage dont les réceptions se déroulent à l'hôtel. Ci-joint le point de la situation au 25 août 2010; la Municipalité indique que le chantier va bientôt pourvoir débuter !  La menteuse !

c41_2010_situation_août_2010.pdf
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Seconde tentative de faire échouer le projet, la municipalité demande au conseil qu'une partie des crédits accordés pour la construction du club house soient utilisés pour le renforcement de la dalle dont le coût de réfection avait été fortement sous-évalué lors de l'établissement du budget de construction. Or le conseil n'approuve pas cette demande qui de facto supprimait la possibilité de construire le club house et vote un crédit supplémentaire permettant le renforcement de la dalle et la construction du nouveau bâtiment.

Toujours par manque de volonté politique, la municipalité décide unilatéralement de renoncer à cette construction pourtant approuvée par le conseil à trois reprises, il est vrai à une faible majorité, au titre que le conseil lui a attribué une autorisation de dépense qu'elle n'est légalement pas tenue d'effectuer. Vois à ce sujet le document ci-dessous, il s'agit de la communication de la Municipalité suite à une réclamation d'un conseiller communal. Outre la détermination d'ordre légal, le prétexte tout trouvé est le dépôt le 24 février 2011 du postulat Rivier (voir chapitre spécial consacré à ce projet ambitieux) demandant l'étude d'un agrandissement du port de plaisance, la municipalité arguant que ce club house pourra, le cas échéant, prendre place dans le cadre de ce nouveau projet.

Or chacun sait pertinemment que ce projet a très peu, sinon aucune chance de voir le jour, du moins dans un délai raisonnable, ne serait-ce qu'en raison des coûts très élevés de construction d'une nouvelle digue à l'Ouest du débarcadère et sans compter les nombreuses oppositions qui ne manqueront pas de tenter de couler ce projet visionnaire.

N'oublions pas qu'à Vevey trop nombreuses sont les personnes et les responsables politiques qui ont le dos tourné au Lac. L'AUPV ne peut que déplorer cette situation.

(chapitre rédigé par Charly Teuscher)

2006 -  L'AUPV s'inquiète de l'état de la digue


Craignant un second Lothar qui ne manquerait pas de causer une nouvelle catastrophe puisque les premiers éléments de la digues de 1933 présentent des signes de faiblesse, l'AUPV interpelle la Commission de gestion qui effectue une visite sur place le 26 novembre 2006.
Dans son rapport de gestion pour 2006, la commission émet les voeux suivants à l'intention de la municipalité:

  • Voeu No 6 :  Consolider, voire reconstruire la digue.
  • Voeu No 7 :  Sécuriser la terrasse du hangar sur tout son pourtour.
  • 1er mai 2007: La Municipalité répond que les caissons 4 et 5 de la digue ont été remplaces en 2002, les caissons 1 et 2 n'ont subi aucun dégât et que les plaques métalliques et les câbles qui les relient aux piliers qui les supportent ont été réparés.

Extrait du rapport de la Cogest 2006 ici: 

2008  -  Tempête Xynthia, 27 et 28 février 2008

  • 31 mars 2010: Constatant un détérioration des éléments 1 et 2 de la digues, l'AUPV écrit à la municipalité pour lui demander de faire procéder à une stabilisation urgente et provisoire de ces caissons en attendant des mesures plus importantes.
  • 22 avril 2010: La municipalité répond qu'après consultation des ingénieurs conseils, dans la situation actuelle et hormis un événement majeur les deux caissons incriminés  ne présentent pas de danger.
  • 2 juin 2010. Lors de la réunion de la sous-commission lac, un responsable confirme qu'en l'état actuel il n'y a pas de danger de renversement des deux caissons.
  • 10 septembre 2010: L'AUPV interpelle une nouvelle fois la municipalité pour demander des mesures d'urgence.
  • 30 septembre 2010: La municipalité informe de manière exhaustive le conseil communal sur les résultats de l'expertise de l'ingénieur conseil. La municipalité opte pour la démolition des anciens caissons et leur reconstruction, coût des travaux plus de CHF 3 million, plus la prolongation de 5 m du débarcadère CGN pur env. CHF 600'000.-
Consultez ce document qui comporte des illustrations et un historique sommaire de la digue ici :
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

2011 - 2012  -  RECONSTRUCTION

Après avoir informé les utilisateurs du déroulement des travaux et des mesures prévues pour le déplacement des bateaux dans les divers ports de la région lors d'une séance tenue le14 avril 2011 dans la salle du conseil communal, les usagers ont dû déplacer leur embarcation en début de saison 2011 afin que le chantier puisse démarrer la mi-juin.
Les travaux se sont terminés vers la  fin mars 2012.
Entre décembre 2011 et mars 2012, tous les bateaux ont pu réintégrer leur place d'amarrage à l'abri d'une nouvelle et belle digue qui pourrait bien rester là pendent plusieurs siècles.

L'AUPV ne sous-estime pas l'important travail effectué par l'administration communale pour que l'entier du projet de reconstruction ait pu être mené à terme. Elle regrette seulement le manque de dialogue entre elle et les autorités politiques qui ne l'ont jamais considérée comme interlocuteur crédible, alors qu'au sein de l'AUPV il y a des membres ayant une très grand expérience du lac et de ses rives. 

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

2001 - 2011 - Pourquoi faire bon marché  quand on aurait pu faire cher ? 

Il convient de relever que si, en 2000, le Conseil communal avait voté le supplément d'investissement nécessaire estimé à l'époque  à CHF 300'000.- pour la réparation des deux premiers caissons, nous aurions économisé au total plus de 3 millions et aurions aussi une digue en état. A l'époque le rallongement du débarcadère n'aurait pas été rendu nécessaire.
En effet, pas de chance, de nouvelles normes sismiques ont fait que la portion de la digue reconstruite en 2011 soit protégée par un enrochement d'une largeur double à celle qui était exigée  en 2001, d'ou nécessité de rallonger le débarcadère et augmentation des coûts pour l'enrochement supplémentaire.

La question de l'augmentation des taxes d'amarrage décidée par la municipalité a provoqué discussions, contestations et recours administratifs dont l'issue n'est pas connue à ce jour (27.02.2014). Ce sujet est traité à la rubrique ''Radio-Ponton''.

2011  -  L'AVENIR : Un projet ambitieux pour agrandir le port


Janvier 2012. La Municipalité obtient du Conseil communal un compte d'attente de frs. 80'000.- pour étude et faisabilité d'un agrandissement du port ou un nouveau port.
Le postulat Rivier est ici : 

A SUIVRE


Copyright © 2012. AUPV Charly Teuscher arly.ch
Dernière mise à jour:  samedi, 20 octobre 2018
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Contactez l'auteur à ch@arly.ch